Nathalie Ronvaux: Le Chesterfield du cinquième